Voyage à Cuba, par André Lavergne

 

Présentation de la conférence d’André Lavergne sur son voyage à Cuba

Ayant participé à un voyage à Cuba en novembre 2016 et auteur de quatre conférences dans le département sur Cuba la belle (Cube linda), André Lavergne (ancien secrétaire général de la fédération céramique CGT) nous présente en quelques mots son voyage.

Je suis allé à Cuba avec l’association Cuba linda créée par un ancien cheminot CGT. (1)

Difficile de résumer quinze jours commencés à l’est de la plus grande île des Caraïbes, de Santiago de Cuba jusqu’à l’ouest de l’île et La Havane.

Le circuit autour de l’île
Un peu d’histoire

Un point à mon avis très important pour comprendre le Cuba d’aujourd’hui : le peuple cubain a fait lui-même, sans intervention extérieure, ses révolutions. Colonie espagnole de 1492 à 1898, la révolution de 1898 fut « appelée guerre des 10 ans » par laquelle il conquit son indépendance (le terme indépendance est toujours repris dans tous les débats de la grande île). Lors de cette première indépendance conduite par José Marti, il a été, et jusqu’au 20 mai 1902, un « territoire » contrôlé par les Etats-Unis. A cette date correspond la deuxième révolution cubaine pour se libérer de cette emprise. Après celle-ci les Etats-Unis vont continuer de considérer Cuba comme une chasse gardée (doctrine Monroe, « l’Amérique aux Américains ») en gardant la mainmise sur son économie, en particulier l’industrie sucrière ; de grands mouvements sociaux ont été réprimés pendant cette période par les gouvernements en place, jusqu’à la dictature de Batista à partir de 1952. Cuba à cette époque devint la base arrière de la Mafia des Etats-Unis, avec le quartier général à « l’hôtel National » de Lucky Luciano et de Meyer Lansky, La Havane, le lupanar des Etats-Unis.

Le 16 juillet 1955, un jeune avocat du nom de Fidel Castro créa un mouvement suite à l’échec du soulèvement de la caserne de Moncada à Santiago de Cuba, le 26 juillet 1953. Fidel Castro capturé se défendit lui-même à son procès et termina sa plaidoirie en déclarant : «  Peu importe que je sois condamné, l’histoire m’acquittera ». Réfugié au Mexique après sa libération, il revint sur le bateau «  le Gramma », le 2 décembre 1956, avec 82 guérilleros, dont Che Guevara et Raul Castro, et de la sierra Maestra conduisit la troisième révolution cubaine, qui aboutit, le 1er janvier 1959, à la fuite de Batista et à l’entrée triomphale des barbudos à La Havane.

Le gouvernement cubain fort d’un immense soutien populaire récupéra les biens du peuple et prit en charge l’économie du pays par une grande campagne de nationalisations. A partir de cette période, le gouvernement des Etats-Unis, qui avait reconnu le gouvernement issu de la troisième révolution, chargea sous le gouvernement Eisenhower puis Kennedy la CIA de la tentative de débarquement de mercenaires cubains anticastristes pour renverser le gouvernement cubain. Le débarquement eut lieu le 17 avril 1961 dans la baie des Cochons après un bombardement de La Havane. Ce fut un échec. La CIA avait mal fait son travail d’appréciation de l’état d‘esprit du peuple cubain. Elle pensait qu’avec cette opération le peuple cubain allait la soutenir et se révolter contre le gouvernement de Fidel Castro. Ce fut le contraire ; le peuple cubain aida le pouvoir et son armée à chasser les mercenaires et à faire de très nombreux prisonniers qui furent par la suite échangés avec les Etats-Unis contre de la nourriture et des médicaments.

Cuba aujourd’hui

Comprendre le Cuba d’aujourd’hui, c’est connaître son histoire : en 1959, Fidel Castro ne se réclamait pas du marxisme mais de José Marti et de la révolution française ! A Cuba vous trouverez de nombreux monuments ornés du bonnet phrygien.

Le bonnet phrygien

Le peuple cubain est fier de son histoire et de son indépendance. Aujourd’hui, il ne prononce pas le nom de Castro, mais parle simplement de Fidel. Il ne se repère pas à un modèle et ne veut pas être un modèle. Il nous demande de ne pas le comparer avec nous qui sommes la cinquième puissance mondiale, mais avec les autres pays d’Amérique latine. Ils disent : nous sommes toujours un pays en voie de développement, nous sommes toujours un pays pauvre, mais non misérable, nous avons résisté à  la chute de l’Union soviétique et à ce que nous avons appelé « la période spéciale », nous n’avions plus rien mais nous nous en sommes sortis, même s’il reste encore des problèmes. En particulier le blocus.

Notre périple fut touristique, mais studieux, à travers la grande île. Nous avons rencontré les organisations syndicales, les comités de défense de la révolution, des étudiants, des artistes, des spécialistes de l’industrie pharmaceutique, effectué des visites de musée, en particulier celui du Che à Santa Clara, celui de la baie des Cochons, de la campagne d’alphabétisation conduite dès 1959, et rencontré des Cubains. Tout cela nous a fait connaître le Cuba d’aujourd’hui.

Quelques précisions sur Cuba et ses principaux succès,
 l’éducation et la santé

L’UNICEF désigne Cuba comme le pays le plus avancé sur le droits des enfants dans la zone Amérique latine, seulement devancé par le Canada dans tout l’hémisphère occidental. L’éducation est gratuite de la crèche à l’université. Selon le PNUD, Cuba se situe au troisième rang mondial avec un taux d’alphabétisation de 99,8%, à égalité avec l’Estonie et devant les Etats-Unis.

Selon l’Agence mondiale de la santé, le système de santé à Cuba a valeur d’exemple pour tous les pays du monde ; Cuba a le taux de médecins par habitant le plus élevé au monde et envoie en mission des centaines de médécins dans plus de quarante pays, en particulier en Amérique latine et en Afrique. Cela n’est pas une propagande. En 1998, Fidel Castro a reçu la médaille d’or de la santé pour tous par l’Organisation mondiale de la santé.

Tout cela vous pouvez le vérifier sur le site internet Wikipédia.

Certes, il y a encore à Cuba des choses qui posent problème et qui se régleront avec la participation du peuple cubain. Cuba vit, rit, chante et danse ! C’est un peuple agréable, fier de son histoire. Cuba, qui avait 6 millions d’habitants en 1959, en compte plus de 11 aujourd’hui.

Allez à Cuba, voir et comprendre le peuple cubain et boire (avec modération) le célèbre « Mojito ».

André Lavergne

Association CUBA LINDA, 9, rue Pablo-Picasso, 24750 BOULAZAC

Tél.: 15-53-08-96-66.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Une réaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *